Manger des sushis à Dublin, un parcours du (poisson) combattant !

Facebooktwittergoogle_plusFacebooktwittergoogle_plus

Si vous êtes habitués à l’offre immense de restaurants ou traiteurs japonais en France, en particulier à Paris, vous allez probablement tomber des nues en arrivant à Dublin. Les bons sushis et makis se comptent sur les doigts d’une main, et coûtent un bras ! Il faut aussi savoir que les restaurants japonais ne connaissent pas la sauce soja sucrée ici… Voilà malgré tout quelques adresses et bon plans.

  1. Manger à emporter, l’option la plus abordable financièrement, mais la qualité n’est pas toujours au rendez-vous :- Sushi King (à Dublin 2, près de St Stephen’s green ou à Dublin 1 près du Liffey trust center). Ils proposent un menu relativement varié, et sur le système de Sushi Shop ou Planet Sushi en France, vous pouvez également choisir des assortiments déjà faits dans une vitrine réfrigérée. Le plus ? A partir de 17h (fermeture à 18h), ils proposent 50% sur tout ce qui leur reste !- Kokoro Bento (deux restaurants à Dublin 2, un à Dublin 1). Ils proposent un menu très complet, aussi bien en terme de sushis, makis (entre 1,7 et 2,5 la paire), mais aussi bentos chauds et froids et des plats plus “traditionnels” comme des yakisobas et autres nouilles. Vous avez la possibilité de manger sur place (via le menu ou en prenant dans la vitrine), ou à emporter. Même principe, ils font de grosses réductions avant la fermeture sur tout ce qui leur reste en stock.Beaucoup de restaurants proposent la livraison par Deliveroo ou Justeat (le allo resto local) mais il faut compter des frais et adieux les réductions ! C’est plus avantageux d’y aller soi-même !
  2. Manger sur place, à volonté, rentable, mais il faut réserver longtemps à l’avance !- Zucconis suhis (Dublin 1 près de Mountjoy square), l’Adresse du japonais à volonté à Dublin… mais donc impossible d’y aller sur un coup de tête, c’est toujours plein ! La réservation doit se faire au moins quelques jours à l’avance, voire une semaine ou deux. La formule est à 20 euros.- Wasabis sushi (Dublin 1, près de l’hôpital pour enfants), ici la formule à volonté n’est pas la seule intéressante, des formules à 16 ou 20 euros sont également sympathiques. Le restaurant se vante d’être un mix japonais-brésilien, même si je n’ai pas bien compris pourquoi. La formule à volonté est dans le même ordre d’idée de prix que Zucconis.
  3. Manger sur place en choisissant au menu, beaucoup plus cher, mais une meilleure qualité- Yamamori (trois adresses, une spécialisée dans les sushis, une dans les noodles, et la troisième dans les tapas japonais). Je recommande cette adresse pour y avoir été, mais c’est relativement cher. Pour une trentaine d’euros par personne, voilà ce que nous avons mangé à deux, le tout accompagné d’une pinte de cidre par personne :
    Edamame et gyozas

    Edamame et gyozas

    Deux assortiments de "rolls", des énormes californias fourrés à plein de choses originales comme du crabe croustillant

    Deux assortiments de “rolls”, des énormes californias fourrés à plein de choses originales comme du crabe croustillant

    – Banyi (Dublin 2, en plein Temple bar). Très bonne qualité, mais les prix sont encore une fois plus élevés que pour les précédents. Menus traditionnels à une trentaine d’euros, bentos autour de 15 euros, et une carte très fournie qui proposent tous types de sushis, makis (environ 4 euros la paire) sashimis (6 euros les 4 pièces).

Conclusion : n’essayez pas d’allier trop qualité, quantité, et prix raisonnable comme il est possible de le faire en France. Voilà ce qui résume bien la situation :

Qualité + quantité = prix exorbitant.

Qualité + prix raisonnable = quantités dérisoires

Quantité + prix raisonnable = qualité laissant souvent à désirer.

Mais on s’y habitue (comme à la météo) il suffit de ne pas être trop regardant…et de regarder où aller !

Sayonara !

Nous vous recommandons :

Maïa Lazare

Etudiante en littérature à Paris-Sorbonne et cette année en Erasmus à Trinity College, Dublin, je me passionne pour l'écriture dont j'espère pouvoir faire un jour mon métier. Même si je me spécialise davantage dans les écrits de fiction (romans, nouvelles), j'apprécie tout particulièrement l'idée de lier cette passion à celle des voyages et des découvertes. Ecrire des articles sur ce blog me permet de partager mes expériences avec des personnes curieuses, ouvertes d'esprits et en quête de nouvelles aventures, et cela rend l'écriture encore plus spéciale ! Merci à vous tous, sans qui mon travail n'existerait pas !

Maïa Lazare

Maïa Lazare

Etudiante en littérature à Paris-Sorbonne et cette année en Erasmus à Trinity College, Dublin, je me passionne pour l'écriture dont j'espère pouvoir faire un jour mon métier. Même si je me spécialise davantage dans les écrits de fiction (romans, nouvelles), j'apprécie tout particulièrement l'idée de lier cette passion à celle des voyages et des découvertes. Ecrire des articles sur ce blog me permet de partager mes expériences avec des personnes curieuses, ouvertes d'esprits et en quête de nouvelles aventures, et cela rend l'écriture encore plus spéciale ! Merci à vous tous, sans qui mon travail n'existerait pas ! 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *